Dietrich Buxtehude – Sonates en trio

3760127223030

Revue de presse

Dietrich Buxtehude (1637-1707) : Sonates / Sonatas : BuxWV272, BuxWV261, BuxWV 267, BuxWV273
Dietrich Becker (1623-1679) : Sonate & Suite (Hambourg 1674)
Anon.: Sonate pour viole de gambe – Manuscrit Oxford

La Rêveuse
Label : Mirare MIR303  Code-barres / Barcode : 3760127223030

Cet enregistrement d’oeuvres de Dietrich Buxtehude (1637-1707) et de Dietrich Becker (1623-1679), avec en bonus une Sonate pour la viole d’un compositeur anonyme, réalisé par l’ensemble La Rêveuse a été fort bien accueilli par la critique internationale. Charlotte Gardner (Gramophone 05/2017) déclare avoir été « totalement séduite » par le travail de l’ensemble. À l’écoute de ce CD on a l’impression que c’est de la musique qui se crée devant nous – notamment avec ces pièces manuscrites dénichées dans les archives.
Philippe Venturini (Classica # 189, 03/2017) nous invite pour sa part à admirer « … autant la splendeur instrumentale (le violon de Stéphan Dudermel, la viole de Florence Bolton) mise en valeur par la prise de son… que la liberté du geste, l’intensité de l’expression, l’équilibre sonore entre des instruments aux timbres si distincts et la mobilité du continuo ». Le disque se mérite un CHOC de Classica.

On peut consulter une appréciation dans le même ton chez Diapason (#655, 03/2017) (Note de 5 Diapason). Philippe Ramin écrit : « D’une manière générale La Rêveuse a le chic pour concilier détail de la prononciation et conscience de la grande forme. C’est une marque de fabrique de l’ensemble ». Ce critique déclare avoir découvert « … avec ravissement deux joyaux, la sonate de Becker (1623-1679) dont l’écriture très fluide n’est pas sans rappeler l’évidence mélodique de Schmelzer, et une anonyme sonate bipartie pour la viole… ».
Du côté américain, Barry Brenesal (Fanfare, 41 :1 (09-10/2017) avoue entendre cet ensemble pour la première fois et se dit « … tout particulièrement satisfait des tempos adoptés. » « Ce sont là des interprétations distinguées, bien enregistrées et qui affichent la bonne dose de théâtralité.. ». Un album qu’il n’hésite pas à recommander.

Sur la Toile on peur consulter plusieurs excellents commentaires, à commencer par celui que rédige Fritz Balwit pour Audiophile Audition (03/2017) (Note : 5). On peut qualifier son évaluation de « superlative ». Selon lui nous avons ici un enregistrement de musique ancienne à classer parmi les meilleures de notre époque. « Jamais je n’ai entendu un ensemble de musique de chambre parvenir à un équilibre aussi parfait ». « La Rêveuse réussit à mettre en évidence la légèreté mercuriale de cette musique. On ne se retrouve pas dans un sombre alcôve d’église mais bien à l’ extérieur, comme dans une prairie toute ensoleillée ».
Chez Musikzen (02/2017) (Soleil) Gérard Pangon résume en une phrase son appréciation : « … dans ces sonates en trio qui fourmillent de subtiles digressions musicales, les musiciens (de la Rêveuse) font preuve d’une précision exceptionnelle ».
Chez Crescendo (04/2017) (Note de 10/10) Bernard Postiau rédige une longue introduction qui sert de présentation à ce très bel enregistrement de la musique de chambre de Buxtehude qu’il nous presse de découvrir. « Un disque intelligent de pages qui allient élégance et émotion, interprété avec passion et délicatesse par des artistes qui savent soutenir l’intérêt sans faillir grâce à un talent, un sens de la souplesse, de la respiration et des couleurs hors du commun ».
ChezResMusica (04/2017) Frédéric Muñoz dit bien aimer « .. l’approche colorée et raffinée » des interprètes. L’ensemble La Rêveuse « … sait nous faire apprécier avec charme et séduction » ces sonates de Buxtehude et de Becker, ainsi que cette sonate anonyme pour la viole provenant de la Bodleian Library d’Oxford.

Poursuivons cette exploration des appréciations à consulter sur la Toile. Loïc Chahine sur le site Le Babillard (03/2017) (Note : 4) met en évidence un aspect important de l’enregistrement : « On a l’impression, à chaque instant d’écouter un ensemble, et non la somme d’individualités… ; les continuistes ne s’effacent pas, mais ne tirent pas la couverture à eux ; ils conduisent avec dignité et intelligence un discours qui prend soin de développer ses figures, parce qu’il les maîtrise ».

Sur son blog, Wunderkammern (02/2017) Jean-Christophe Pucek nous propose une longue et fort pertinente dissertation sur la musique de Dietrich Buxtehude. Son appréciation du travail de La Rêveuse est des plus élogieuses. Il faut lire et déguster son commentaire qui vante dans les moindres détails «…cette réalisation qui conjugue l’enthousiasme et la rigueur, la concentration et la fantaisie, l’intimisme et l’ampleur …, (ce qui en fait) un des meilleurs enregistrements consacrés depuis un moment à la musique de chambre dans l’Allemagne du Nord du XVIIe siècle ».

Pour terminer, soulignons l’excellente présentation du disque physique et notamment cette pochette digipack reproduisant un paysage d’hiver d’Antonie Vestraelen – Winterlandschap (1623) ( Royal Picture Gallery Mauritshuis, La Haye) et que l’on peut admirer via Wikipedia.

Pour acheter / Purchasing options

FR  –  U.S.  –  UK  –  CA  –  DE  –  JA

Pour consulter les critiques analysées, cliquer le bandeau ci-dessous:

classicalacarte(2)

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s