Scarlatti 4

Domenico Scarlatti (1685-1757) : Sonates pour clavecin (harpsichord), vol. IV : K212, 247, 144, 133, 204a, 279, 533, 405, 402, 403, 381, 208, 456, 457, 302, 201, 45.
Pierre Hantaï (clavecin / harpsichord),
Label : Mirare  Référence : MIR285 Code-barres / Barcode : 3760127222859

3760127222859

 

Great results so far for this fifth recording of Scarlatti sonatas by Pierre Hantaï. Only praises and well deserved awards. In France, “Diapason d’or” from the celebrated magazine Diapason, “Choc” from Classica, an “Editor’s Choice” from Gramophone and a “Warmly recommended” mention from Fanfare. Read on…

Superbes résultats à date pour ce cinquième enregistrement que Pierre Hantaï consacre à Scarlatti. Que des éloges et des récompenses bien méritées. Diapason d’or, Choc de Classica, Editor’s Choice de Gramophone et la mention « warmly recommended » chez Fanfare, sans oublier un « Soleil » de Musikzen. Et il y en aura sûrement d’autres.
Chez Diapason (# 647–06/2016), c’est Gaëtan Naulleau qui développe le dossier Hantaï. Tout d’abord une courte critique du présent enregistrement à propos duquel il écrit : « Du propos expérimental et obsessionnel de Scarlatti il a fait son laboratoire, baigné d’une lumière particulièrement chaude dans le cinquième opus qu’il lui consacre ». Ensuite un long entretien consacré à la vision du musicien pour ce compositeur. On y apprend entre autres que pour ce CD qui contient 17 sonates, Hantaï a en fait «  … enre­gistré d’affilé une soixantaine de sonates, et (a) retenu celles qui (lui) plaisaient. Après le montage, il restait à établir l’ordre ‑ passionnant casse‑tête ».
Philippe Venturini (Classica # 184 –07/2016) salue lui aussi la parution de ce nouveau Scarlatti et constate que : « Le ton se montre en effet plus courtois, les phrases s’allongent et s’enrichissent mais la discussion reste toujours animée et passionnée. Sans doute a-t-elle gagnée en profondeur. Avec les années, les deux hommes se connaissent mieux et osent davantage se confier ». Le critique ajoute : « … par-delà sa virtuosité triomphante, ce Scarlatti nouveau se montre plus généreux, plus lyrique, plus mélancolique ». On l’a déjà mentionné : le disque se mérite un « CHOC ».
L’appréciation que rédige Linday Kemp pour Gramophone est des plus chaleureuses et elle est assortie d’un « Editor’s Choice » . « Hantaï nous montre ce qui peut être accompli par un virtuose en parfait contrôle technique où rien n’est précipité ou bousculé, avec un toucher qui fait parler clairement chacune des notes, et une éloquence émotionnelle qui fait chanter les mélodies … ». « Entre les mains de cet interprète de premier calibre, les œuvres de Scarlatti continuent de nous surprendre, de nous exciter, de nous séduire ».
Du côté américain, Alex McGehee rédige pour Fanfare (40 :2 –11/12-2016) une critique des plus positives, déclarant que Pierre Hantaï « … est fait pour Scarlatti, interprétant ses sonates comme s’il était possédé. Aucun compromis possible de sa part ». « Entre les mains de Hantaï les couleurs orchestrales de Scarlatti prennent vie… ». Au final, ce critique recommande très chaudement l’enregistrement.

Sur la Toile nous pouvons consulter une critique très élogieuse de la part de Pablo Galonce postée chez Muzikzen (06/2016). On décerne un « Soleil » à Pierre Hantaï pour « … ce florilège de 17 sonates (qui) offre toute la palette du compositeur de la manière la plus complète et diverse possible… ». Galonce ajoute : « … chaque nouvelle sonate semble être pour (Hantaï) une nouvelle découverte ». De plus, « la prise de son est une merveille ».

Il convient finalement de citer in extenso certains des commentaires que rédige Christophe Pucek pour son blog (Wunderkammern – 05/2016) : Il écrit : « … ce récital qui mise un peu moins sur les pyrotechnies digitales pour accorder plus de place au registre de la confidence et du sentiment dévoile une facette du tempérament du claveciniste qui n’était pas jusqu’ici la plus exposée. La maîtrise technique est toujours présente, bien sûr, et elle est continuellement éblouissante, avec un toucher à la fois ferme et d’une grande fluidité, raffiné mais sans aucun maniérisme, et une pulsation toujours parfaitement contrôlée ce qui ne l’empêche nullement d’être chorégraphique jusqu’à l’ivresse … ».

Un peu plus loin, il ajoute : « La façon dont Pierre Hantaï construit son discours …démontre à chaque instant la qualité de la réflexion qu’il a menée sur les partitions et la solidité de sa vision architecturale ; aucun détail n’est laissé au hasard sans que la cohérence globale en soit affectée, chaque élément est à sa juste place, avec son juste poids, et pourtant rien, dans cette lecture, ne sonne trop apprêté ou prémédité ; au contraire, tout y semble libre, frais, stimulant, éloquent, … ».

En conclusion, Pucek écrit : c’est « sans la moindre concession aux modes, en suivant son chemin d’excellence avec ténacité, (que) Pierre Hantaï nous offre … un de ces enregistrements qui ont la saveur de l’évidence et dont on sait que l’on y reviendra souvent ».

Autre commentaire inspirant, celui de Jean-Charles Hoffelé sur Artalinna : « … le voyage audacieux de Pierre Hantaï aborde à des rivages toujours nouveaux, qui surprennent et interrogent, et dont les auditions répétées ne parviennent jamais à épuiser le subtil alliage d’éloquence et d’émotion ».

Chez Classic @ la Carte, on poursuit le recensement des critiques disponibles. On peut les consulter dans la section « Recensement – Juin 2016 ».

Disponible chez Amazon / Available from Amazon
FR  –  U.S.  –  UK  –  CA  –  DE  –  JA

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s