Dowland : Lachrimae or Seaven Teares (1604)

Revue de presse

John Dowland, Lachrimae or Seaven Teares, (1604), Hespèrion XX, Jordi Savall, Alia Vox AVSA9901, Code-barres/Barcode: 7619986399010

translation_flags_small
(Click here for a fairly accurate version of this text using the translator tool provided)

7619986399010

Volume 17 de la collection Héritage

La première mouture de cet enregistrement des « Lachrimae or Seaven Teares » de John Dowland (1563-1626) remonte à 1987. Savall enregistrait à l’époque pour le label Astrée (E8701). Il avait reçu une critique fort élogieuse de la part de J.F.Weber (Fanfare, 09-10/1988). Selon ce dernier il s’agissait de « l’interprétation la plus subtile et la plus contenue de ces pièces parmi toutes celles enregistrées à ce jour, et sûrement la plus lente ». « Je la trouve ravissante… exquise, (donc) fortement recommandée, à ne pas manquer ». Il est rare que ce critique manifeste son approbation de façon aussi catégorique.

Du côté de Gramophone (09-1988), John Duarte avoue avoir « une légère préférence pour Hespèrion XX (comparé à l’approche du Dowland Consort (BISCD315) notamment pour « leur façon émouvante d’interpréter les « Seven Teares ».
Lors de la réédition de l’enregistrement par Naïve (ES9949), Roger Tellart décernait un Diapason d’or (Diapason # 477, 01/2001). C’est en des termes fort élogieux qu’il soulignait l’importance de cet enregistrement : « Une fois encore, la magie Savall opère. Une magie en tenue austère… qui transcende pavanes et gaillardes sur des tempos très retenus, générateurs d’un climat d’envoûtement… cet album reste un événement insigne dans l’aventure musicale entre Renaissance et baroque ».
Et voici que l’album réapparaît en 2013, remasterisé en Super Audio dans la collection Héritage d’Alia Vox (AVSA9901). Gaëtan Naulleau a brièvement salué la réapparition de « l’album de consort le plus célèbre de Savall… » À l’écoute des musiciens d’Hespèrion XX « … on se laisse vite enivrer par la volupté de ces larmes aux douceurs de miel ». Le disque se mérite à nouveau un Diapason d’or (# 618 – 11/2013).
Sur la Toile on peut consulter des articles qui accueillent tous favorablement cette version des « Lachrimae » de Dowland. Jean-Jacques Millo qualifie cette réédition de monument discographique (Opus Haute Définition). Pour lui il s’agit de rien d’autre que la version de référence. Soulignons que Savall était accompagné de musiciens de premier plan : Christophe Coin, Sergi Casademunt, Lorenz Duftschmid, Paolo Pandolfo, Jose Miguel Moreno. Fiona Maddock écrit dans The Observer que : « Cette musique toute empreinte de mélancolie, n’invite pas à sourire, mais l’éclat du jeu d’Hespèrion XX suscite nos applaudissements ».
Steven Ritter d’Audiophile Audition est épaté lui par le travail de réédition, « des plus superbe ». Enfin, pour Dave Billinge de MWI, il s’agit d’une réalisation à laquelle on ne peut résister, compte tenu de l’excellence de l’enregistrement et de son prix très raisonnable.
Chez Classic @ la Carte, on poursuit le recensement des critiques disponibles. On peut les consulter dans la section consacrée à la collection « Héritage » de Savall. Cliquer ici.

Drapeaux du monde
Click either link below to translate this blog into the language of your choice:

Cliquez l’un des liens ci-dessous pour traduire ce blog dans la langue de votre choix:

Anglais Allemand /German Arabe / Arabic Espagnol / Spanish
Néerlandais / Dutch Italien / Italian

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s