Bach, C.P.E.: Magnificat

Revue de presse

Carl Philipp Emanuel Bach: Magnificat, Motet « Heilig ist Gott“, Symphony in D major (Wq 183/1), Elizabeth Watts sop. Wiebke Lehmkuhl alto Lothar Odinius ten. Markus Eiche bass, RIAS Kammerchor; Akademie für Alte Musik Berlin / Hans‑Christoph Rademann Harmonia Mundi HMC90 2167, Code-barres / Barcode : 3149020216729

translation_flags_small(Click here for a fairly accurate version of this text using the translator tool provided)

3149020216729

Ce qui est particulier pour cet enregistrement du Magnificat de Carl Philip Emanuel Bach paru en début d’une année coïncidant avec le 300ème anniversaire de sa naissance c’est qu’il n’a reçu aucune récompense majeure de la part des principaux magazines.
Une seule exception et sur le tard : Gramophone l’a retenu comme finaliste au titre de meilleur disque de l’année 2014 dans la catégorie « Baroque Vocal ». Le CD n’avait toutefois pas fait l’objet d’une critique au préalable. Le porte-parole du magazine, Richard Wigmore est d’avis que nous avons là le meilleur enregistrement qu’il soit de ce Magificat. Tout est parfait selon lui.

Chez BBC Music Magazine (04/2014), Anna Picard rédige un très court article et s’intéresse surtout au motet « Heilig ist Gott ». Son appréciation globale se limite a une note de 4.

Simon Heighes de International Record Review (04/2014) rédige, selon son habitude, un article très détaillé. Il nous situe bien sur le plan historique. Le choix des trois œuvres au programme relève de CPE Bach lui-même en ce sens qu’elles correspondent au programme de la seconde moitié d’un concert bénéfice qu’organisa le compositeur en avril 1786 à Hambourg. Ce qui explique évidemment le court minutage du disque (56’05). Monsieur Heighes n’a que des éloges pour cette réalisation de Rademann, du RIAS Kammerchor et de l’Academie für Alte Musik de Berlin. « ‘Vitalité’ – voici l’ingrédient essentiel de ces interprétations ». Tous les solistes sont excellents, en particulier Elizabeth Watts. « Les chœurs sont d’une qualité exceptionnelle ». « This is thrilling stuff » (Tout cela est vraiment excitant ». Seule note discordante : un léger déséquilibre entre certains détails orchestraux, ou encore chez les chœurs. Finalement le cerise sur le sundae – la Sinfonie Wq. 183/1 – enlevée avec brio.

Chez Fanfare (37 :5 – 05/06-2014), Jerome F. Weber effectue tout d’abord (et selon son habitude) une énumération exhaustive de toutes les interprétations qu’il possède, voulant sûrement nous convaincre qu’il apprécie hautement ce Maginificat. Il convient finalement que la version de Rademann est excellente. « Ses solistes, qui me sont totalement inconnus, s’acquittent de leur tâche de façon admirable » (Elizabeth Watts a pourtant une carrière bien établie!) Les chœurs sont également à la hauteur de cette superbe musique. Sa recommandation, très positive, vaut surtout pour le Magnificat.

Chez Classica (# 160 – 03/2014), Jérémie Bigorie y va d’une analyse très élogieuse des trois œuvres au programme. Direction d’orchestre, direction chorale, contribution des solistes, choix des œuvres, tout est superbe. Mais il limite son évaluation chiffrée à une note de 4.

Chez Diapason (# 622, 03/2014), le ton est plus amer. Gaëtan Naulleau se montre très critique à l’endroit de Rademann qui, écrit-il, «avait en main tous les atouts pour livrer la grande version tant attendue du Magnificat : un plateau sans point faible, un orchestre pimpant, un chœur onctueux et dynamique ». Mais voici que « … sans esprit, fantaisie ni charme, son geste perfectioniste et démonstratif nous semble passer à côté de la sensibilité du compositeur le plus imaginatif de son temps ». Accompagnant ce jugement, une maigre note de 3. Naulleau est bien le seul à émettre un tel jugement sans appel.

Sur la Toile, nous avons droit à des articles très fouillés de la part de David Vernier (Classics Today – 10/10), Simon Thompson et John Quinn chez Music Web et de Robert Hugill sur son blog. C’est l’unanimité parmi ces chroniqueurs : il s’agit hors de tout doute d’un enregistrement de premier calibre à nul autre comparable. La conclusion de la critique de Vernier résume en fait ce que ces critiques ont à dire, chacun à sa façon, de ce CD : « … ces chanteurs et ces musiciens – de même que leur chef – sont tellement en communion avec cette musique – que tout semble parfaitement agencé, bien articulé, mené à juste allure, pertinent d’un point de vue stylistique; les nuances et la totalité des éléments expressifs si profondément ressentis à la fois par l’ensemble des exécutants et par d’excellents solistes, enregistré de façon superbe à Berlin au Jesus-Christus Kirche (et au Teldex Studio), qu’en fait, on ne peut rien ajouter d’autre ».

Chez Classic @ la Carte, on poursuit le recensement des critiques disponibles. On peut les consulter dans la section  » Recensement de mars 2014 « 

 

Drapeaux du monde
Click either link below to translate this blog into the language of your choice:

Cliquez l’un des liens ci-dessous pour traduire ce blog dans la langue de votre choix:

Anglais Allemand /German Arabe / Arabic Espagnol / Spanish
Néerlandais / Dutch Italien / Italian

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s