Bach, J.S. (1685-1750) – Köthener Trauermusik,BWV244a


Revue de presse
Johann Sebastian Bach (1685-1750) :
 Funeral service for Leopold d’Anhalt-Köthen / Service funèbre de Leopold d’Anhalt-Köthen
S.Devieilhe, D.Guillon, T.Hobbs, C.Immler – Pygmalion, dir. R. Pichon, Harmonia Mundi, HMC902211 Code-barres / Barcode: 3149020221129
Click the « Translator tool » button to translate this blog into the language of your choice.
Cliquez le bouton « Outil de traduction » pour traduire ce blog dans la langue de votre choix.

3149020221129

Reconstitution de ce qu’a pu être la musique utilisée par J.S.Bach lors de la cérémonie funèbre organisée suite au décès du Prince Léopold d’Anhalt-Köthen, ex-employeur et à ce qu’on dit, ami du compositeur. Une musique funèbre pour un prince bien-aimé. Les notes du livret, sous les signatures successives de Peter Wollny, Morgan Jourdain et Raphaël Pichon nous renseignent adéquatement sur le contexte historique et la genèse de la musique utilisée / ou composée spécifiquement pour l’occasion.

La critique internationale a très bien accueilli en général la reconstitution proposée par Raphaël Pichon et ses musiciens de Pygmalion.

Chez Gramophone (01/2015), Jonathan Freeman-Atwood s’attache surtout à faire ressortir la distinction entre la vision de Pichon et celle d’Andrew Parrot (2011, Avie AV2241). Il est d’avis que la version de Pichon est « … jusqu’à un certain point théâtrale, plus grandiose dans son ensemble et mieux équilibrée quant à la qualité des solistes » alors que chez Parrott ce qui domine c’est son sens de l’introspection, le caractère très poignant de ce qui se déroule devant nous et qu’il nous présente d’une façon si éthéré (atmospheric) ».
Anna Picard (BBC Music Magazine, 02/015) considère pour sa part que le débat sur le choix des pièces est loin d’être clos mais salue très positivement la sortie de cet enregistrement. (note de 4/5).
Peter Lynan rédige pour International Record Review (03/2015) une critique très bien documentée expliquant à ses lecteurs les choix de Pichon dans sa reconstitution de la cérémonie funèbre. Il se dit toutefois surpris de l’utilisation d’un luth et d’un théorbe en lieu de la viole de gambe en accompagnement de l’aria « Lass, Leopold, dich nicht begraden » alors que l’on sait que le Prince était un excellent gambiste. Lynan souligne la contribution de Damien Guillon tout comme il trouve remarquable la qualité de l’acoustique de la chapelle royale de Versailles.

Du côté de Fanfare (05-06/2015), George Chien se livre à son tour à un très long exercice d’explication sur la reconstitution de la cérémonie funèbre. Sans être démesurément enthousiaste, il estime que la proposition de Pichon est tout à fait satisfaisante, que le chœur est « splendide » et que les quatre solistes sont tout à fait « outstanding » (exceptionnels).

Du côté de la presse écrite francophone, nous disposons de deux critiques.
Chez Classica (#167, 11/2014), Philippe Venturini n’a que des éloges à offrir à Raphaël Pichon et ses collaborateurs. On assiste, écrit-il, à «… une lecture particulièrement convaincante et conduite avec autant d’assurance … que de souplesse… dans un souci manifeste de clarté polyphonique et d’éloquence. Il faut également souligner la réalisation de chaque solo vocal et instrumental, comme l’homogénéité exemplaire de l’ensemble ». La revue récompense cette réalisation d’un CHOC pour le mois de novembre 2014.
Chez Diapason (# 629, 11/2014), Gaëtan Naulleau y va d’une appréciation toute subjective qui laisse quelque peu perplexe. Il s’empresse de souligner la qualité des soliste et plus loin note que : « l’assurance de chaque musicien et la texture somptueuse … témoignent … (du) travail de longue haleine (effectué) sur trois ans, au fil des concerts et des expérimentations… » Et il conclut : « … tout cela est supérieurement fait. Mais trop fait, trop peigné, trop calculé dans les risques expressifs. La peine et l’élan exutoire de la Trauermusik s’apaisent dans un baume onctueux ». À vous de juger, pourrait-on ajouter !

Sur la Toile, nous disposons d’un très beau texte de Charles Di Meglio qui rédige une critique on ne peu plus jubilatoire pour Muse Baroque : « … dès les premières notes du chœur d’ouverture, écrit-il, … la musique de Bach nous happe, nous caresse, les instrumentistes de l’Ensemble Pygmalion nous saisissent… ».,« … la direction est propre, franche, assurée, élégante et souple ». Cet « … orchestre et le chœur sont suaves, riches ». Note de 4…
Chez Music Web International on nous propose trois critiques qui toutes recommandent fortement l’acquisition de cet enregistrement. Pour Dominy Clements, nous avons là un vrai délice du début à la fin, un enregistrement de référence en fait. John Quinn pour sa part rédige un très long commentaire et s’applique à faire la comparaison entre l’enregistrement de Parrott et celui de Pichon. Il se dit incapable de départager les deux enregistrements. Pour ce qui est des solistes, il énonce toutefois sa préférence pour les « messieurs » de Pichon et pour les « dames » de Parrott. Finalement, pour Michael Cookson, toujours chez Music Web : « Le jeu de l’orchestre et le chant sous la direction de Pichon sont de premier niveau ». Quant au chœur, « … il est dans une forme exceptionnelle ». Recommandé sans réserve.
Signalons aussi cet excellent commentaire posté sur le blog du « Classical Reviewer » et Signé Bruce Reader. Encore une fois, c’est un verdict toujours aussi favorable à Raphaël Pichon, à ses solistes et à l’Ensemble Pygmalion.
À mentionner également deux excellents commentaires postés sous les pseudonymes de « Kantaten » et « Cetalir sur le site d’Amazon Fance. 

Signalons aussi cet excellent commentaire posté sur le blog du « Classical Reviewer » et Signé Bruce Reader. Encore une fois, c’est un verdict toujours aussi favorable à Raphaël Pichon, à ses solistes et à l’Ensemble Pygmalion.
À mentionner également deux excellents commentaires postés sous les pseudonymes de « Kantaten » et « Cetalir sur le site d’Amazon Fance.

Signalons aussi cet excellent commentaire posté sur le blog du « Classical Reviewer » et Signé Bruce Reader. Encore une fois, c’est un verdict toujours aussi favorable à Raphaël Pichon, à ses solistes et à l’Ensemble Pygmalion.
À mentionner également deux excellents commentaires postés sous les pseudonymes de « Kantaten » et « Cetalir sur le site d’Amazon Fance.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s